Rencontre avec le porte-parole de « Lampedusa à Hambourg »

Lors de notre séjour en Allemagne, le jeudi 26 janvier nous avons eu l’occasion de rencontrer Monsieur Abimbola Odugbesan qui est originaire du Nigéria. Il est professeur de sociologie et d’anglais. Il nous a raconté son histoire ainsi que celle du groupe dont il est le porte-parole Lampedusa à Hambourg.

Le groupe Lampedusa à Hambourg comprend 300 réfugiés africains vivant à Hambourg. Ils ont fui la guerre civile en Libye et les violences engendrées par l’intervention des forces de l’OTAN. Avant d’arriver à Hambourg, ils ont d’abord échoué à Lampedusa en Italie. Ces migrants (en majorité des hommes) travaillaient et avaient des revenus en Libye. Grâce à leur travail ils pouvaient envoyer de l’argent à leurs familles ainsi qu’à leurs proches restés au pays. Lorsque les programmes européens d’assistance aux réfugiés issus du conflit libyen prirent fin, ils se retrouvèrent littéralement « jetés à la rue ». Tous avaient obtenu le statut de réfugié en Italie. Mais ils n’étaient en revanche autorisés à séjourner et à travailler qu’en Italie. Or, le contexte de la crise économique conjugué à l’absence totale de soutient de l’administration italienne leur a obstrué l’accès à une existence autonome et digne de ce nom.

Ils ont alors poursuivi leur route jusqu’à Hamburg, dans l’espoir de reconstruire leur vie. En arrivant en Allemagne ils ont pu bénéficier d’hébergements, dans le cadre des programmes d’urgence hivernaux. Mais lorsque les programmes ont pris fin, ils durent retourner à la rue. Ils se sont alors constitués en groupe et ont entamé une campagne pour leurs droits. Ils ont depuis obtenus de nombreux soutiens de la part d’acteurs locaux, de l’église évangélique, de la communauté musulmane, des syndicats ainsi que de la part d’un nombre croissant d’habitants. Certains de ces réfugiés sont hébergés dans des mosquées, chez des habitants. Un groupe de 80 d’entre eux a trouvé refuge dans l’église de Saint Pauli, alors que d’autres, moins chanceux, dorment encore dans la rue. Ils se sont liés d’amitié avec le voisinage. Le club de football de Saint Pauli leur apporte un soutien actif. Leur combat pour la reconnaissance de leurs droits c’est transformé en un combat contre la politique d’exclusion de l’Europe envers ses demandeurs d’asile. A Hamburg, cette question est devenue une question largement débattue au sein des médias et une préoccupation quotidienne d’un certain nombre d’habitants.

Lampélousa im 2
Manisfestation de réfugiés à Hambourg en novembre 2015 Bleiberecht für alle signifie droit à l’hébergement pour tous

J’ai trouvé la conférence de Monsieur Abimbola Odugbesan intéressante même si le fait qu’elle soit en anglais a rendu difficile la compréhension de ses propos.

Dès le début il a su attirer notre attention en nous impliquant dans une activité ou l’on devait situer différents pays. Il avait l’air très fier de représenter et de nous parler du groupe Lampedusa à Hambourg, de nous montrer sa photo sur un magazine où l’on parlait de lui.

Le sujet sur les réfugiés était très intéressant et surtout d’actualité.

Lampélousa im 3.png

Lampélousa im 4.png

Daria Rodolausse

Publicités